Mythologie et Légende

Mythologie - ARTEMIS

artemis

 

Dans la mythologie grecque, Artémis est la déesse de la chasse et une des déesses associées à la Lune (par rapport à Apollon, qui est le dieu du Soleil). Elle est assimilée dans la mythologie romaine à la déesse Diane.

C'est également  la déesse des femmes, surtout des vierges. Elle est la déesse protectrice des Amazones qui sont, comme elle, chasseresses et indépendantes du joug des hommes.

C'est la fille de Zeus et de Léto et la sœur jumelle d'Apollon , avec lequel elle partage de nombreux traits communs.

Coureuse des bois, sauvageonne insoumise et fière, Artémis appartient avant tout au monde sauvage, alors que son frère Apollon se présente comme un dieu civilisateur. Seule parmi les dieux, à l'exception de Dionysos, elle est constamment entourée d'une troupe d'animaux sauvages. Elle est aussi à la tête d'une troupe de nymphes et de jeunes mortelles, qu'elle mène à travers les forêts.

Surnommée la « Bruyante » , elle mène sa meute et les pousse de la voix. Artémis possède en effet le double visage de la compagne des animaux sauvages, et de la chasseresse. La biche symbolise bien son ambivalence : la bête est sa compagne favorite, et de nombreuses représentations la montrent à son côté. Néanmoins, Artémis est aussi celle qui est réputée pour suivre de ses flèches cerfs et biches, même si peu de textes l'attestent.

La déesse sagittaire est enfin appelée par Homère Artémis « à l’arc d’or ». Artémis, est aussi celle qui guide les égarés, les étrangers, ou les esclaves en fuite au cœur de la nuit. Aussi Artémis porte-t-elle en latin le nom de Trivia, « celle qui éclaire la route aux carrefours de la vie ».

 La LEGENDE de SAINT-HUBERT 

 

 

 

La légende veut que Saint Hubert, seigneur originaire d'Aquitaine et chasseur impénitent, ait eu une vision, un jour qu'il se livrait à son activité  favorite.  

Une croix lumineuse lui apparut entre les bois d'un cerf qu'il poursuivait. Il interpréta ce signe comme une manifestation de la volonté divine.

Il entra donc dans les ordres, sans toutefois se séparer de ses chiens favoris.

Devenu évêque de Liège, il fonda non loin de là une abbaye et y fit élever sa meute.

Après sa mort,  les moines donnèrent son nom à la race et veillèrent à en préserver la pureté.

Jusqu'en 1570, le Saint-Hubert resta le plus beau fleuron des grandes meutes royales.

 Saint Hubert (né entre 656 et 658, mort le 30 mai 727)

 

 

 

19 votes. Moyenne 3.79 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site